Institut Fédératif
de Recherche sur le HANDICAP

Fil de navigation

 

La Classification internationale du Fonctionnement, du handicap et de la santé (ou CIF) a été proposée par l'OMS en 2001 et adoptée par 200 pays.

Elle se substitue ainsi à la classification internationale des handicaps (CIH) datant de 1980 dont elle est la révision1, et affine sa particularité qui consiste à aborder l’invalidation comme une interaction entre les potentialités d’un individu et son environnement en précisant le rôle des facteurs environnementaux.

Les précédant trois axes d'identification du handicap (les déficiences, les incapacités, les désavantages), sont remplacées par les quatre catégories suivantes :

  • Fonction organique (fonction mentale, sensorielle, digestives etc.), c'est-à-dire le domaine de fonctionnement corporel.
  • Structure anatomique (structure du système nerveux, structure liée au mouvement...) qui situe l'organisation physique en jeu.
  • Activité et participation (activité de communication, de mobilité...) qui identifie les fonctionnements concernés.
  • Facteurs environnementaux (produit et système technique, soutien et relation...) qui relie aux facteurs extérieurs potentiellement handicapants.

Réflexions conceptuelles relatives aux classifications du handicap

La France, par l'intermédiaire de l'EX-CTNERHI, centre collaborateur de l'OMS, a apporté une contribution au processus de révision de la classification internationale du Handicap (CIH) qui a conduit à l’adoption de la Classification Internationale du Fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF) en 2001, en mobilisant le concours de chercheurs de diverses disciplines et en initiant ainsi des confrontations critiques sur les éléments fondamentaux de la classification que sont les modèles, les concepts et les indicateurs ainsi que sur la question pratique de ses applications. Au cours de la période 2007-2010, ce travail a été développé et approfondi dans le cadre des activités du réseau francophone pour la formation et la recherche sur les classifications, mis en place et animé par le CTNERHI et auquel participent plusieurs autres équipes de l’IFRH. En outre, il a semblé pertinent d’organiser des séminaires disciplinaires pour interroger les fondements scientifiques de la CIF.Dans le cadre du réseau francophone pour la formation et la recherche aux classifications du handicap, initié en 2004, ont été progressivement mis en place les groupes thématiques suivants : « CIF et expertise médicale », « Classifications : aspects conceptuels », « CIF et CISP », « CIF et douleurs orofaciales», « CIF et ergothérapie », « CIF et médecine de rééducation». Un concours a aussi été apporté aux activités du Groupe International Francophone pour la Formation aux Classifications du handicap (GIFOCH) qui incluent l’élaboration de modules de formation ainsi que l’organisation de séances de formation pour des formateurs.

Pour évaluer la pertinence scientifique de la CIF mais aussi son utilité et son utilisabilité, dans des contextes et à partir de points de vue divers, l’IFRH a organisé une série de séminaires disciplinaires impliquant plusieurs équipes de l’axe A : « CIF et démographie » (10 janvier 2006), « CIF et sociologie » (14 mai 2007), « CIF et psychologie» (27 mars 2008) « CIF et économie » (préparation en cours).  Les apports de ces séminaires seront capitalisés ensuite dans le cadre d'une journée d'étude pluridisciplinaire sur les modèles d'intelligibilité de la genèse des handicaps, ainsi que sur les concepts de base et les indicateurs. 

Les modèles d’intelligibilité du handicap : classifications, concepts, indicateurs

Les modèles, les concepts et classifications jouent un rôle important dans le champ du handicap, avec des enjeux majeurs pour les politiques publiques. L’évolution conceptuelle internationale dans le champ du handicap se traduit par une nouvelle définition du handicap qui, dépassant la conception traditionnelle de celui-ci, comme résultat de déficiences et d’incapacités, le conçoit désormais, dans une perspective systémique, en tant que produit d’une interaction entre les caractéristiques individuelles des personnes et les conditions de leur environnement proche et des dispositifs collectifs dans lesquelles elles vivent. C’est sur la base de ce changement de paradigme qu’a été construite la CIF (Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé, de l’OMS), adoptée comme référence internationale depuis 2001.

Dans la suite et en complément des travaux engagés sur la CIF dans le cadre des activités du Centre collaborateur INSERM-MSSH-EHESP (Maison des Sciences Sociales du Handicap- Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique) de l’OMS sur la famille des classifications, il nous a semblé intéressant de mettre en place un séminaire permanent de méta-analyse des modèles d’intelligibilité du handicap, de leurs usages et de leurs critiques, qui combinera les approches plus pragmatiques et les approches plus théoriques ainsi que leurs interactions. Ce séminaire prendra, comme matière d’étude non exclusive, les travaux déjà réalisés et en cours dans le réseau francophone pour la formation et la recherche sur les classifications (groupes thématiques, séminaires disciplinaires) ainsi que des comparaisons internationales de politiques nationales dans les pays européens, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, quelques pays d’Amérique Latine, et du Maghreb.

Ce séminaire permanent de méta-analyse sera animé par l'IFRH/MSSH-EHESP et associera les équipes du Cermes, l’INED et la JE SantESiH de Montpellier. Il pourra bénéficier des contributions de chercheurs français et étrangers impliqués dans le réseau du CCOMS français. 

IFRH - Adresse

IFRH, Pavillon des Folles, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, 47 Boulevard de l'Hôpital, 75651 PARIS Cedex 13, FRANCE